Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 28 janvier 2019

HOMMAGE

Elle s'appelait Andrée, comme sa tante et marraine. Sa tante, fermière et cousine de ma mère, chez qui nous allions chercher du beurre et du fromage blanc le jeudi, était sa confidente. Elle n'avait que la rue à traverser pour se rendre chez elle. 

Son père, mon parrain, m'avait offert pour ma communion solennelle un pendentif en croix que j'avais choisi avec maman et Renée, sa maman, à la bijouterie de la grand'rue de notre petite ville du nord de la France. J'étais consciente du sacrifice financier que cela représentait à l'époque, pour mon parrain et Renée, parents de 4 enfants. Je garde précieusement ce bijou car la famille restera toujours importante pour moi.

Ma cousine Andrée sera enterrée cet après midi, je ne pourrai pas faire les 975 kms pour me rendre au cimetière de notre ville de naissance.

Nous nous étions revues en 2012 chez elle, ainsi qu'à l'enterrement de mon père en 2011 et de ma mère en 2016.

Je lui souhaitais encore la bonne année au début du mois. Nous nous parlions de temps en temps par la messagerie FB. Nous avons remué des souvenirs anciens ou plus récents, parlé des secrets de famille, des problèmes et heurts dans sa famille suite au décès de son frère en décembre 2005.

Le temps passe, les souvenirs restent, rien ne s'efface.

souvenirs,hommage,écriture,enfance,cousine,relations,famille

Commentaires

De tout coeur avec toi, avec ta peine Elisabeth.

Écrit par : colo | lundi, 28 janvier 2019

sincères condoléances

Écrit par : laura | mardi, 29 janvier 2019

Merci à vous deux. Bonne soirée.

Écrit par : Elisabeth | mardi, 29 janvier 2019

Je comprends votre peine. Et puis, surtout, ces éloignements géographiques qui sont le lot de toutes les familles maintenant. Courage.

Écrit par : Bonheur du Jour | mercredi, 30 janvier 2019

Bel hommage à ta cousine et joli souvenir que cette croix !

Écrit par : écureuil bleu | jeudi, 31 janvier 2019

Merci à vous deux, c'est dur de se dire que je ne pourrai plus lui parler.

Écrit par : Elisabeth | jeudi, 31 janvier 2019

Pensées pour elle et pour toi... c'est dur quand tant de distance nous sépare de ceux qu'on aime.
Rien ne s'efface.
C'est un très bel hommage.

Écrit par : Quichottine | jeudi, 31 janvier 2019

je n'ai pas pu rentrer du Maroc pour l'enterrement de ma grand-mère: 2000 km et une plus grand distance crée par la famille

Écrit par : laura | jeudi, 31 janvier 2019

Tu lui rends ici un très bel hommage. Il est difficile de pouvoir accompagner les proches à cause de l'éloignement géographique. J'en ai fait encore la cruelle expérience récemment.
Sincères condoléances.

Écrit par : Ksenia | vendredi, 01 février 2019

Quichottine : j'ai demandé à sa fille de m'envoyer des photos d'elle car je n'en ai que 2 (une ancienne où on ne voit pas son visage et une assez récente mais trop petite).
Laura : je n'ai pas pu revenir non plus quand mon 1er grand père est décédé en 1976, ni pour les autres grands-parents. Nous n'avions pas de vacances prévues à ces moments là.
Ksénia : mon père allait à beaucoup d'enterrements dans sa ville de naissance qui était aussi la mienne, il n'avait que la rue à traverser, prendre une rue et il était presqu'à l'église. Il connaissait tout le monde. Nous ne vivons plus comme nos parents. Merci beaucoup. Bon week end. Bises.

Écrit par : Elisabeth | vendredi, 01 février 2019

ah cette croix que j'ai reçue aussi pour ma communion - cette semaine le fils de ma voisine est décédée, dur de voir sa femme et ses fils (grands adolescents) seuls devant la voiture où a été mis le cercueil. La mort cueille jeunes et moins jeunes. Bises

Écrit par : durgalola | samedi, 02 février 2019

il me fallait aussi de l'argent et quelqu'un pour venir me chercher à l'aéroport
et personne ne pouvait...

Écrit par : laura | dimanche, 03 février 2019

Durgalola : le petit fils de ma voisine est décédé en septembre dernier, il avait 22 ans, seulement. Tumeur dans le pied. C'est vraiment très cruel.
Laura : mes parents ont compris, nous vivons si loin...

Écrit par : elisabeth | dimanche, 03 février 2019

des souvenirs très personnels, et des photos à prendre jusqu'à potron minet ! Chris

Écrit par : Chris | lundi, 04 février 2019

tu n'as pas compris mon histoire sur le Maroc, tant pis

Écrit par : laura | dimanche, 10 février 2019

Laura : j'ai compris que pour aller à un enterrement, quand tu vivais au Maroc, tu n'avais personne pour venir te chercher à l'aéroport et pas d'argent.

Écrit par : Elisabeth | dimanche, 10 février 2019

Écrire un commentaire