Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 20 novembre 2016

INQUIETUDE (Paul GERALDY)

Enfantine, tu fais bruire

D'un rire clair, aérien,

L'ombre inquiète où je respire

Je n'aime pas t'entendre rire.

Tu ris trop fort. Tu ris trop bien.

Dans la maison lorsque tu sèmes

Tant de santé, tant de clarté,

Tu dois te suffire à toi-même.

Il faut à ma sécurité

Que tu sois plaintive, dolente

Et câline, et que tu te sentes

Toute petite. J'ai besoin

De te savoir faible et fragile.

Je t'aime aussitôt beaucoup moins.

Et je suis beaucoup plus tranquille.

poèmes,poète,poésie,écriture,auteur,paul géraldy

 

Commentaires

Un bien joli poème

Écrit par : ulysse | lundi, 21 novembre 2016

Merci pour la découverte de ce poème...

Passe une douce journée Elisabeth.

Écrit par : Quichottine | lundi, 21 novembre 2016

Quichottine : le petit coeur en photo a été trouvé par moi, il y a 15 jours, quand j'ai fouillé avec ma pelle la terre du coin de jardin que j'aménage actuellement. Mais il n'appartient pas à ma famille, peut être est-ce aux enfants du voisin quand ils étaient petits ?
Ulysse : j'aime beaucoup ce qu'écrit Paul Géraldy. D'ailleurs je mets régulièrement un de ses poèmes. Bonne semaine.

Écrit par : Elisabeth | lundi, 21 novembre 2016

Une grande découverte pour moi, Elisabeth. Je ne connaissais pas du tout cet auteur et j'adore sa poésie, touchante et si fragile. Gros bisous et superbe début de semaine.

Écrit par : Nell | lundi, 21 novembre 2016

Une réaction très inattendue, mais poétique à souhait. Chris

Écrit par : Christian | lundi, 21 novembre 2016

Jolie poème, mais étrange émotions et sentiments.
Belle fin de soirée

Écrit par : Pascale | lundi, 21 novembre 2016

Un auteur dont j'ai lu des poèmes chez mes parents. Nostalgie ... Amitiés.

Écrit par : Ariaga | mardi, 22 novembre 2016

Je ne connais pas l'auteur. Je rejoins l'avis de Pascale. L'inquiétude atteint le lecteur de ce poème où se mêle une forme de domination et de soumission qui me dérange. Je préfère nettement d'autres poèmes que je suis allée lire par curiosité.
Bonne semaine. Bisous

Écrit par : ksenia | mardi, 22 novembre 2016

Ksénia : je prends ce poème comme le reflet de la vie d'un couple, peut être un couple que nous avons connu ? Bonne soirée.
Ariaga : j'aime beaucoup la façon dont il s'exprime. Bonne soirée Ariaga.
Pascale : oui, je comprends ce que tu veux dire... Bonne soirée.
Chris : je trouve ce poème très contemporain. Bonne soirée.
Nell : je mets de temps en temps de ses poèmes. Bisous et bonne soirée.

Écrit par : Elisabeth | mardi, 22 novembre 2016

Bonjour Elisabeth. J'aime bien les poèmes de Paul Geraldy. Il parle très bien d'amour.

Écrit par : écureuil bleu | mercredi, 23 novembre 2016

pas d'inquiétude en poésie car tu es douée

Écrit par : l'angevine | jeudi, 24 novembre 2016

Langevine : ce poème n'est pas de moi cependant. Bonne soirée.
Ecureuil bleu : c'est comme des scènes de ménage... Bonne soirée.

Écrit par : Elisabeth | jeudi, 24 novembre 2016

Je suis venue relire la poésie pour voir ce petit cœur dont tu parles si joliment dans un commentaire chez moi. Oui il est là ! Amitiés.

Écrit par : Ariaga | jeudi, 24 novembre 2016

c'est un beau poème mais pourquoi faut il aimer que ce qui est fragile, chacun est digne d'amour : fragile ou bien dans sa peau. Je ne connaissais pas ce poète. Bises

Écrit par : Andrée | jeudi, 24 novembre 2016

Ariaga : merci d'être revenue voir ce joli petit coeur. Il est bien là, je l'ai gardé chez moi. Bon week end.
Andrée : merci d'avoir apprécié ce poème. Heureuse de t'avoir fait connaître Géraldy. Bises et bon week end.

Écrit par : Elisabeth | vendredi, 25 novembre 2016

Écrire un commentaire