Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 09 novembre 2018

UNE HISTOIRE VRAIE

Marguerite était née le 31 décembre 1898 à HON HERGIES dans le Nord, son père était meunier.

Pendant la Grande Guerre la région était occupée par les Allemands.

Voici le courrier qui lui a été envoyé d'Essen le 1er septembre 1919 :

"Chère Mademoiselle Marguerite !

J'ai reçu avec beaucoup de plaisir votre lettre. C'était une joie, que je ne peux pas décrire. Je vous suis bien obligé. En vous quittant en 1917, j'ai toujours pensé comment va la agréable Mademoiselle Marguerite et sa famille ? J'ai aussi toujours pensé tu peux peut être visiter encore une fois la famille T., mais malheureusement nous ne sommes jamais revenus au Moulin d'Hergies. C'était le mois d'octobre 1918 pendant notre retraite, nous avons passé Bohain, Wassigny, Etreux, Boué et le Nouvion, c'est peut être vingt kilomètres au sud de la Groise et dans ces jours j'ai toujours pensé, que fait maintenant la famille T. Oh, j'ai vu les plus pauvres de la guerre, quittant leur maison et tous qu'ils possédaient. Et vous aussi ma chère Mademoiselle Marguerite restait plus rien dans la maison ? J'en suis très fâché, oh je me rappelle encore très bien de votre jolie maison et les propres chambres. Mais maintenant, comment allez-vous ?

Maintenant je veux bien aussi parler un peu de notre famille. Chez nous tout le monde va bien, ma maman était très heureuse avoir de retour son fils en bonne santé. Mon seul frère est bien retourné de la Russie étant très longtemps en captivité. Ma soeur et son fiancé le médecin est aussi en bonne santé. Moi, je suis depuis le 1er janvier 1919 chez mon oncle, le Monsieur Alphonse de F. comme secrétaire privé et je n'ai pas à me plaindre, je suis toujours très content. Ci-joint vous trouverez une photo de Jean et ma chère Mademoiselle Marguerite auriez-vous l'obligeance de m'envoyer aussi une petite photo de vous ? Je vous serais très reconnaissant.

J'espère de vous revoir et peut être très bientôt. Au revoir ma chère Mademoiselle Marguerite. Bien le bonjour et saluez de ma part votre famille. Permettez-moi de vous offrir mes salutations les plus cordiales. Votre sincère ami, qui n'oublie jamais la agréable Mademoiselle Marguerite et sa famille.

Jean

Ayez la bonté de me répondre bientôt".

Et le 10 juillet 1921, une autre photo est envoyée à Marguerite, de la Sarre, avec ces mots au dos :

"Aussi pour vous ma petite amie et je vous demande de tout mon coeur n'oublie pas le Monsieur Jean R. de F."

histoire,grande guerre,amour,allemagne,1914,1918

 

Commentaires

Marguerite était ma grand-mère maternelle.

Écrit par : Elisabeth | vendredi, 09 novembre 2018

J'ai bien aimé la lettre de Jean envoyé à ta grand-mère Marguerite en 1919...
N'y aurait-il pas une erreur dans la date de naissance ?? Née en 1818... ??
Bises Elisabeth et bon WE

Écrit par : Kimcat | vendredi, 09 novembre 2018

Béa : tu as raison, c'est 1898.... je voulais rectifier 1998, et en fait j'ai mal tapé. Merci de ton passage. Bon week end.

Écrit par : Elisabeth | vendredi, 09 novembre 2018

Emouvante lettre. Se sont-ils revus ?
Gros bisous Elisabeth, bon week-end.

Écrit par : Praline | samedi, 10 novembre 2018

Il m'arrive de mal taper. Et les erreurs sont vite faites !
Bises Elisabeth

Écrit par : Kimcat | samedi, 10 novembre 2018

Praline : je ne pense pas qu'ils se sont revus. Elle s'est mariée avec Valère. Mais elle a gardé les lettres et la photo de Jean. Puisque je les ai chez moi. Bon week end et bisous.
Béa : même en tapant bien, il y a quelquefois des erreurs, à cause du pavé tactile que j'effleure ou bien une autre cause mystérieuse, je ne sais pas toujours d'où ça vient. Bises.

Écrit par : Elisabeth | samedi, 10 novembre 2018

Coucou Elisabeth,
mais c'est, presque, une lettre d'amour, dis donc et c'est émouvant de lire cela. Il en avait le béguin, c'est certain. Gros bisous et très agréable week-end

Écrit par : Nell | samedi, 10 novembre 2018

Délicate lettre. D'amour, oui. Tu en as d'autres, tu nous as dit. Alors, une autre, peut être...

Écrit par : Binh An | samedi, 10 novembre 2018

Ma grand-mère maternelle était la marraine de guerre de son futur mari

Écrit par : laura | dimanche, 11 novembre 2018

Nell : une lettre d'un Jean amoureux mais il n'y a pas eu de suite, je n'ai pas retrouvé d'autres lettres de leurs échanges. La distance a fait qu'ils ne se sont plus écrit. Ma grand-mère s'est mariée avec un autre, un de sa région. Bon dimanche et gros bisous.
Binh An : non pas d'autres lettres, j'ai mis les seuls écrits que je possède. Bon dimanche.
Laura : une belle histoire aussi pour ta grand-mère. Bon dimanche et bisous.

Écrit par : Elisabeth | dimanche, 11 novembre 2018

oh que c'est émouvant ce courrier..je lis qu'ils ne se sont point revus :(
triste période...

doux dimanche Elisabeth bisous ☺♥

Écrit par : nays | dimanche, 11 novembre 2018

cette lettre est un trésor de sentiments renforces par la dure épreuve de la guerre.
à garder précieusement.
arielle

Écrit par : arielle | lundi, 12 novembre 2018

Il est des mots couchés sur le papier qui traversent les âges , ne prennent pas une ride, et restent les émouvants témoins d'un passé qui nous échappe.

Écrit par : Chinou | mardi, 13 novembre 2018

Se sont-ils finalement revus ? Mais je lis déjà la réponse : non, ils ne se sont jamais rencontrés de nouveau : pourtant... et ils ont finalement vécu leur vie chacun de son côté ! Chris.

Écrit par : Chris | mercredi, 14 novembre 2018

Chris : non, je n'ai pas eu cet écho dans ma famille, elle s'est mariée finalement avec Valère, mon grand-père. Bonne soirée et merci.
Chinou : des lettres anciennes, qui deviennent de plus en plus anciennes.
Arielle : ma fille et ma petite fille auront ce devoir de garder les souvenirs des ancêtres.
Nays : je pense que ma grand-mère ne devait pas être aussi amoureuse que lui, il me semble. Gros bisous.

Écrit par : Elisabeth | mercredi, 14 novembre 2018

Écrire un commentaire