Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 16 septembre 2016

LES VENDANGES

Les grosses chaleurs terminées, on peut enfin reprendre des activités physiques normales. Sous un soleil modéré, je suis partie hier matin me promener dans la campagne  A l'ombre, un vent froid soufflait mais j'ai résisté (j'avais un petit gilet dans mon sac). Je suis partie sur un chemin de vignes pour une promenade d'une heure. Les vendanges ne sont pas finies.

promenade,loisirs,campagne,vendanges,activité physiquepromenade,loisirs,campagne,vendanges,activité physiquepromenade,loisirs,campagne,vendanges,activité physiquepromenade,loisirs,campagne,vendanges,activité physique

Commentaires

J'adore ces promenades, Elisabeth. Ton ciel est magnifique également avec ces grosses volutes blanches. J'avais une amie, enfant qui habitait à la campagne et j'adorais faire les vendanges. C'était très convivial. Je te souhaite un merveilleux week-end et t'embrasse. A bientôt

Écrit par : Nell | vendredi, 16 septembre 2016

Avec tous ces bons raisins on va faire du bon vin !
Merci pour ce beau partage : la série de photos est superbe !
Bonne fin de journée ... Cordiales amitiés & à +

Écrit par : Gabray | vendredi, 16 septembre 2016

Photos pleine de saveur avec ce raisin gorgé de soleil. Ta dernière photo est superbe, ce ciel ! on mesure alors l'immensité. Bon week-end Elisabeth, bises.

Écrit par : Praline | vendredi, 16 septembre 2016

Quelle sont jolies ces grappes mûries au soleil :)
J'adore ta dernière photographie avec ce ciel moutonneux :)
Passe un bon week-end Elisabeth !

Écrit par : Un ange qui passe | samedi, 17 septembre 2016

bonjour Elisabeth

oh que oui enfin on respire et les vendanges en plein travail..on a failli les faire en 75 mais on a plutôt fait la cueillette des pommes chez nous :)

bon dim Elisabeth bisous de chez nous ☺☺ dans la brume :)

Écrit par : nays | dimanche, 18 septembre 2016

Vin pas vain mais pas vingt sur vingt non plus

Fruit en grappe dans le ravissement nous plonge
Sauvage il pousse bien en pieds et s’allonge
Mais quand de ces sarments on a tiré les ferments
Rapidement de son humeur on est devenu fervent.
Né dans le Caucase, géorgiennes sont ses origines
Mais très vite il se répand, stocké et transporté
Dans des récipients divers de l’amphore à la jarre
Du tonneau aux foudres il envahit la méditerranée.
Il donne aux grecs une tradition de passion et de verve
Dans des bacchanales annuelles mais pas banales
On tâte du résiné au goût de résineux pas trop vineux.
La vigne est noble même si son aire toujours fluctue
Parfois, sous nos pas, le plancher vient à se dérober
Quand par trop épris de boisson nous sommes.
Si nu par mégarde nous trouvons pouvons toujours
Une feuille dentelée placer pudiquement là où vous savez
Mais c’est dans l’entretien de sillons labourés
Que réside le levain qui va insuffler aux grains
Leur amour du sucre eux qui réfléchis et concentrés
N’en finissent pas d’affiner entre pulpe et grains
Une chair parfois douce et fruitée aux relents acides.
Entretenue avec respect la vigne se développe alors
Comme le reste entre exposition et terroir elle fait sa place
Donne à voir des bulbes savoureux gorgés de lumière
Qui reflètent avant l’heure des promesses d’ivresse
C’est dans le mou qui barbote que les odeurs acres montent
C’est dans les premières liqueurs pressées que grandit le trouble
C’est dans la jeunesse en instantané qu’on le dit bourru
Mais à peine a-t-il fait sa première fermentation que le sucre
Se transforme en une kyrielle de molécules aromatiques
Qui sculptent son visage, lui donne profondeur et caractère
Et si cet équilibre est souvent fragile il revient à d’agiles
Assembleurs de faire les rassembleurs de principe
Pour donner une longueur, une typicité, un vraie ferveur.
Saluons le travail saisonnier qui est parfois ingrat
Mais toujours contribue à magnifier le final bouquet.
Il faut bien tailler les sarments pour libérer la repousse
Evacuer le bois mort, enfin alléger les charmilles
Il faut bien traiter pour éviter les parasites
Enfin il faut l’œil pour décider du moment opportun
Afin de vendanger à point sans mettre la vigne en danger.
Dans le silence des chaix après qu’on eut fait le tri
Et déjà depuis longtemps évacué les déchets
Se matérialise l’élevage attentif et patient au son des gaz.
Quand le breuvage prend enfin ses nouvelles couleurs
Grâce aux apports de l’air et du bois, chargé de tannin
Il retient l’œil, gras de ces acides il colle au verre
Mais c’est sur le palais qu’on attend l’accroche
Pour vérifier qu’il n’y aura pas d’anicroche.
Alors comme dans un bal le charme opère
On se laisse porter, le désir palpable est là
Ses vapeurs sont émollientes mais si liantes
Et la valse des étiquettes peut alors commencer.

Écrit par : Thierry | dimanche, 18 septembre 2016

bravo!

Écrit par : laura | dimanche, 18 septembre 2016

Neil : je n'ai jamais fait les vendanges, je travaillais déjà par ailleurs ! mais cela permet à ceux qui n'ont pas de travail ni d'argent de se faire un bon pactole ! A bientôt.
Gabray : les vendanges sont un moment important, il faut bien les faire pour que le vin soit bon. Bonne soirée.
Praline : merci beaucoup, l'appareil photo est un ancien APN, d'habitude il ne donne pas de bons résultats. Mais là, il m'a étonnée. Bonne soirée.
Un ange qui passe : j'ai eu la chance de passer près d'une vigne où personne ne travaillait. Sinon je n'aurais pas fait de photos. Bonne soirée.
Nays : les pommes par chez toi, c'est obligé. Bonne soirée.
Thierry : je pense que tu tapes vite car tu fais facilement des kilomètres de commentaires. Merci beaucoup, c'est vrai que la vigne et le vin sont nobles et existent depuis très très longtemps comme tu l'expliques. Bonne soirée.
Laura : merci, je ne pensais pas réussir les photos à cause de ce vieil APN que je ne sors que rarement (j'en ai un autre qui fait de plus belles photos, jamais il ne les rate alors que celui-là, c'est 9 fois sur 10, mais j'ai tenté). Bonne soirée et merci.

Écrit par : Elisabeth | lundi, 19 septembre 2016

Bonjour Babeth
Je ne sais pas si elles sont commencé chez nous il va falloir que j'y aille faire un tour
Je te souhaite une bonne journée, bisous

Écrit par : Noisette | jeudi, 22 septembre 2016

Noisette : elles ont commencé chez nous mais je ne sais pas exactement quand. J'ai vu un gros tas sur le bord de la route, et un camion est venu l'enlever. C'était couleur raisin noir. Bonne journée et bisous.

Écrit par : Elisabeth | jeudi, 22 septembre 2016

Ma petite fille est revenue des vendanges avec un petit pécule qui lui servira pour ses études

Écrit par : TooTsie22 | jeudi, 22 septembre 2016

Il y avait encore de bien belles grappes dans les vignes...

Écrit par : écureuil bleu | vendredi, 30 septembre 2016

TooTsie 22 : ma fille a fait les vendanges vers la fin des années 90. Ainsi, elle s'est fait de l'argent de poche. Bon week end.
Ecureuil bleu : les vendanges ne sont pas tout à fait terminées dans la région.

Écrit par : Elisabeth | samedi, 01 octobre 2016

Écrire un commentaire