Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 03 mars 2008

UN AIR DE RIEN

Je n'ai pas eu à discuter

Ni à marchander

Ni à me mettre à genoux

Pour qu'il se fasse doux

Pour qu'il dévoile sa tendresse

Sa tendresse qu'il cachait si bien

Sous son corps de vaut rien

Désirant que rien n'apparaisse

Sous un air de rien

Il cachait si bien

Un trésor de tendresse

Bien que rien n'apparaisse

Je ne me suis pas mise à genoux

Pour qu'il se fasse aussi doux

Le temps passe

Sans que je me lasse

De sa tendresse

De ses caresses.

Ceci est ma participation au 10 ème PRINTEMPS DES POETES chez AMBROISE sur le Thème L'ELOGE DE L'AUTRE

mercredi, 20 février 2008

JE N'AI PAS OUBLIE

Je n'ai pas oublié

Le parfum du printemps

Ni celui de ta peau

Je n'ai pas oublié

Les herbes se balançant

Sous le soleil si chaud

Je n'ai pas oublié

Le souffle de tes mots

Sur ma peau caressant

Mes pensées à cet instant

Ni nos corps chauds

Je n'ai pas oublié

C'était déjà l'été

Je te voulais tout entier

Je n'ai pas oublié

Tes yeux couleurs de nuit

Tu es arrivé sans bruit

C'était déjà l'été.

(17.02.08)

 

lundi, 11 février 2008

UN COEUR QUI BAT

J'attends le printemps

Impatiente en guettant

Le moindre clair instant

De chaleur ambiant

La verdure est présente,

Les fleurs sont absentes

La sève monte en moi

J'ai trop le coeur qui bat

Devant moi si sérieux

Tu murmures des mots

A mon oreille aussitôt

Je rêve à nous deux

Je te veux dans mes bras

La sève monte en moi

Déjà tu n'es plus là

J'ai jeté mes bras

Dans le lit vide de toi

Tu ne reviendras pas

Ailleurs que dans mes rêves

Déjà le jour se lève.

 

dimanche, 03 février 2008

PRENDRE SON COEUR (inspiré par un jeu proposé par Ambroise)

Prendre son coeur

C'est comme prendre une citadelle

Avec comme seule arme les poings

Prendre son coeur

C'est perdre son temps ; même le ciel

Contre son indifférence ne peut rien

Le miroir de ses yeux est vide d'amour

Il résiste à tous les discours.

jeudi, 24 janvier 2008

LE PUITS DU TEMPS

Nos amis jaillissent du fond du temps

De nos vies passées, de nos fous rires

De nos envies de puiser au fond de nos vies

Nous parlent de tous ces petits riens

Qui composaient notre vie d'enfant

Que le temps s'est mis à détruire

Rien ne peut arrêter le fil de la vie

Rien n'est encore éteint et l'on repeint

Le tableau des jours passés ensemble.

Comme grand le puits du temps nous semble.

vendredi, 18 janvier 2008

VIEUX ROI

Le soleil est un vieux Roi

Silencieux et solitaire

Au milieu de l'univers

Le soleil est un vieux Roi

Capricieux et intouchable

Implacable mais admirable

Et s'il disparait en parade

Si tu lui fais une aubade

Il est le seul maître

Mais surtout pas traître

Il fait son grand carnaval

En période estivale

Si tu es triste et bancal

Il te remonte le moral

Mais surtout n'oublie pas

Il ne t'écoutera pas.

mardi, 15 janvier 2008

REVES

Rêves doux

Rêves fous

Rêves d'hier

Rêves prière

Rêves du passé

Rêves angoissés

Rêves jamais pareils

Rêves qui me réveillent.

Rêves évanouis

Rêves d'une nuit

Rêves meli-melo

Rêves en solo

Rêves brisés

Rêves analysés

Rêves emportés

Rêves regrets.

dimanche, 13 janvier 2008

TON ETE

Sous ton chapeau

Tes yeux rieurs

La couleur de l'été

T'allait si bien

Tu n'en savais rien.

Sous la chaleur

Le paysage baignait

Devant toi les bateaux

Voguaient à volonté

Le vendeur de beignets

Criait et repassait

Tes cheveux tressés

Résistaient au vent

Les vagues ondulaient

Tu attendais le moment

De t'y enrouler

Comme une sirène

La peau couleur ébène.

mardi, 01 janvier 2008

MOTS D'AMOUR

J'avais écrit des mots

De simples mots d'amour

Sur un tapis de velours

J'avais écrit des mots

Quelques petits mots d'amour

Pour comprendre cet amour

Qui était à sens unique

J'attendais un petit déclic

Quelques mots d'amour

Semés pendant les beaux jours

Murmurés un soir d'été

Semés un après-midi d'été

Qui n'en finissait pas

Mais de l'amour il n'en parlait pas.

samedi, 15 décembre 2007

FLOCONS BLANCS

Un ciel blanc-gris l'annonçait

Et le soleil disparaissait

Apportant déjà les certitudes

De la victoire de la nature

Sur les hommes et leurs habitudes

Formant une blanche couverture

La neige tombe aujourd'hui

L'enfant déjà se réjouit

De ces légers flocons blancs

Se posant sur le sol doucement.