Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 22 avril 2008

VASES COMMUNICANTS

Faire le vide des mots

Qui assaillent mon cerveau,

Un besoin mais les vases

Communicants de la vie

A chaque nouvelle phrase

Se vident puis se remplissent

Comme les fleuves dans leur lit

Courent vers la mer et glissent

Sans jamais disparaître

Les mots ne font que renaître.

jeudi, 03 avril 2008

LE MATIN

Se lever de bonne heure le matin

Se préparer une tartine de pain

Regarder le soleil se montrer

Sur la ligne d'horizon

Choisir sa tenue, s'habiller

Regarder en rêvant l'horizon

Pour commencer la journée.

Ecouter les moteurs tourner

Des voitures voisines

Regarder quelques vitrines

Aux couleurs des vacances

Et arriver, quelle chance

A l'heure au bureau.

Les vacances c'est bientôt

La journée pleine de couleurs

Commence dans la bonne humeur.1957335763.jpg

jeudi, 27 mars 2008

L'ENFANT BLOND

J'ai bercé l'enfant blond

Mais qu'en dira-t-on ?

Je lui ai dit des mots

Pour calmer ses sanglots

En poussant un cri

Sa peine il m'a dit

Ses larmes ont coulé

Contre moi s'est serré

Doucement je l'ai bercé

Ses sanglots ont cessé

Ses yeux se sont fermés

Dans un berceau je l'ai couché

Petit enfant blond

Dis, nous nous reverrons ?

Petit enfant blond

Bientôt moussaillon

Ton papa l'a juré !

La mer va te bercer

Un bateau au port t'attend

Ton papa et ta maman

L'ont choisi pour toi

Il n'attend plus que toi.

2016772798.jpg

jeudi, 13 mars 2008

DANS LA TETE DES MOTS

Dans sa tête bouillonnante

Par la peur obsédante

Elle cherchait juste des mots

Les mots les plus beaux

Qui ne sonneraient pas faux

Pour se les offrir en cadeau

Un besoin de solitude

Pour casser les habitudes

Se fit plus pressant

Dans ce monde glaçant

Pour briser la cadence

Des jours de souffrance

Dans sa tête apparaissaient

Des images dépecées

Celles du bonheur

Que l'on dit parfait

Dans sa tête elle comptait

Les minutes et les heures.

lundi, 03 mars 2008

UN AIR DE RIEN

Je n'ai pas eu à discuter

Ni à marchander

Ni à me mettre à genoux

Pour qu'il se fasse doux

Pour qu'il dévoile sa tendresse

Sa tendresse qu'il cachait si bien

Sous son corps de vaut rien

Désirant que rien n'apparaisse

Sous un air de rien

Il cachait si bien

Un trésor de tendresse

Bien que rien n'apparaisse

Je ne me suis pas mise à genoux

Pour qu'il se fasse aussi doux

Le temps passe

Sans que je me lasse

De sa tendresse

De ses caresses.

Ceci est ma participation au 10 ème PRINTEMPS DES POETES chez AMBROISE sur le Thème L'ELOGE DE L'AUTRE

mercredi, 20 février 2008

JE N'AI PAS OUBLIE

Je n'ai pas oublié

Le parfum du printemps

Ni celui de ta peau

Je n'ai pas oublié

Les herbes se balançant

Sous le soleil si chaud

Je n'ai pas oublié

Le souffle de tes mots

Sur ma peau caressant

Mes pensées à cet instant

Ni nos corps chauds

Je n'ai pas oublié

C'était déjà l'été

Je te voulais tout entier

Je n'ai pas oublié

Tes yeux couleurs de nuit

Tu es arrivé sans bruit

C'était déjà l'été.

(17.02.08)

 

lundi, 11 février 2008

UN COEUR QUI BAT

J'attends le printemps

Impatiente en guettant

Le moindre clair instant

De chaleur ambiant

La verdure est présente,

Les fleurs sont absentes

La sève monte en moi

J'ai trop le coeur qui bat

Devant moi si sérieux

Tu murmures des mots

A mon oreille aussitôt

Je rêve à nous deux

Je te veux dans mes bras

La sève monte en moi

Déjà tu n'es plus là

J'ai jeté mes bras

Dans le lit vide de toi

Tu ne reviendras pas

Ailleurs que dans mes rêves

Déjà le jour se lève.

 

dimanche, 03 février 2008

PRENDRE SON COEUR (inspiré par un jeu proposé par Ambroise)

Prendre son coeur

C'est comme prendre une citadelle

Avec comme seule arme les poings

Prendre son coeur

C'est perdre son temps ; même le ciel

Contre son indifférence ne peut rien

Le miroir de ses yeux est vide d'amour

Il résiste à tous les discours.

jeudi, 24 janvier 2008

LE PUITS DU TEMPS

Nos amis jaillissent du fond du temps

De nos vies passées, de nos fous rires

De nos envies de puiser au fond de nos vies

Nous parlent de tous ces petits riens

Qui composaient notre vie d'enfant

Que le temps s'est mis à détruire

Rien ne peut arrêter le fil de la vie

Rien n'est encore éteint et l'on repeint

Le tableau des jours passés ensemble.

Comme grand le puits du temps nous semble.

vendredi, 18 janvier 2008

VIEUX ROI

Le soleil est un vieux Roi

Silencieux et solitaire

Au milieu de l'univers

Le soleil est un vieux Roi

Capricieux et intouchable

Implacable mais admirable

Et s'il disparait en parade

Si tu lui fais une aubade

Il est le seul maître

Mais surtout pas traître

Il fait son grand carnaval

En période estivale

Si tu es triste et bancal

Il te remonte le moral

Mais surtout n'oublie pas

Il ne t'écoutera pas.